Note méthodologique

Organisation générale du reporting

Decathlon est concerné par l’obligation de reporting extra-financier via la société Decathlon SA suite à la publication de l’article 225 de la loi dite Grenelle II et du décret du 24 avril 2012.
Decathlon SA, remplissant les critères de l’article L.225-102-1 du code du commerce est soumise à l’obligation depuis l’exercice ouvert après le 31 décembre 2012.

Decathlon SA n’est pas une entreprise cotée. Cela étant, nous avons pris en compte les critères suivants auxquels sont soumises les entreprises cotées : informations sociales (absentéisme, accidents du travail, conventions fondamentales de l’OIT), informations environnementales (montant des provisions et garanties pour risques en matière d’environnement, utilisation des sols, adaptation au changement climatique) et informations sociétales (sous-traitance et fournisseurs, loyautés des pratiques, lutte contre la corruption, droits de l’homme).

Concernant les conventions fondamentales de l’OIT, nous appliquons dans nos 10 ateliers de production les mêmes standards que ceux demandés à nos fournisseurs.

Ce rapport extra-financier est le troisième exercice du genre pour Decathlon. Nous nous inscrivons dans une démarche de progrès et d’amélioration sur plusieurs années afin de renforcer le processus de reporting en interne et de fiabiliser les données.

Ce rapport présente les engagements, réalisations et projets de Decathlon en matière de responsabilité sociétale et environnementale (RSE) pour l’exercice 2015.
Pour élaborer celui-ci, nous avons mis en place l’organisation qui suit :
– deux chefs de projet reporting (communication et technique) et une chargée de mission sur le protocole interne de reporting
– un réseau de contributeurs couvrant les différentes activités de l’entreprise (conception, production, distribution, logistique, immobilier, juridique, etc.)
– un comité de pilotage au niveau stratégique (membre de la direction générale et promoteur du développement durable dans l’entreprise, directrice de la communication, responsable du développement durable, responsable ressources humaines).

Les indicateurs sont renseignés par les contributeurs des différentes activités opérationnelles, puis consolidés par les chefs de projet reporting.
Certains des indicateurs extra-financiers proviennent d’informations déjà pilotées en interne par les collaborateurs de l’entreprise. Un travail d’organisation des indicateurs est réalisé tous les ans depuis 2013 pour les aligner avec les exigences réglementaires et les observations de l’Organisme Tiers Indépendant.
Afin de préparer l’entreprise à l’obtention de l’avis motivé, un audit à blanc sur trois indicateurs a été réalisé de manière volontaire en avril 2015 par Mazars pour identifier des priorités d’amélioration.
Une revue de processus à blanc sur une sélection de 7 autres indicateurs quantitatifs et de 2 informations qualitatives est également prévue par Mazars en juin 2016 de manière volontaire afin d’analyser la fiabilité des processus associés et de mettre en place les plans d’amélioration adéquats.

Principes applicables à la rédaction du rapport Développement Durable

Sur base des principes des lignes directrices pour le reporting développement durable GRI G4 (Global Reporting Intiative), Decathlon applique les principes suivants pour la réalisation de son rapport Développement Durable :

  • Exhaustivité : être le plus complet possible sur les sujets pertinents afin de permettre au lecteur du rapport d’évaluer la performance RSE de l’entreprise
  • Pertinence : les thèmes jugés pertinents sont ceux qui nous apparaissent comme étant les plus significatifs pour nos activités et notre gouvernance d’entreprise
  • Clarté : être compris par tous
  • Ponctualité : remettre le rapport aux mêmes dates années après années
  • Equilibre : pouvoir avoir une idée juste de la performance globale de l’entreprise en reflétant aussi bien les aspects positifs que négatifs
  • Précision : donner des informations précises et détaillées pour une meilleure compréhension par le lecteur.

Périmètre de reporting

Decathlon est présent dans 29 pays de distribution avec 71 707 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 9,1 milliards d’euros hors taxe en 2015.
Le périmètre du groupe Decathlon compte au 31/12/2015 :

  • 1 021 magasins (toutes formes de ventes confondues)
  • 45 entrepôts et plateformes logistiques

Dans le cadre du reporting extra-financier, ont été exclues du périmètre groupe, les sociétés non contrôlées au minimum à 50% en 2015 ainsi que les sociétés dont le chiffre d’affaires est non significatif.
Pour ces dernières, nous considérons que le coût d’obtention des données environnementales, sociales et sociétales n’est pas en rapport avec l’intérêt qu’elle représente. L’exclusion de ces sociétés n’a pas d’incidence significative sur la représentativité des données.
Le périmètre de consolidation de données extra-financier de Décathlon comprend de ce fait :

  • les sociétés contrôlées au minimum à 50% à la date du 30 septembre 2015
  • les sociétés contribuant à hauteur de 99,14 % au chiffre d’affaires HT consolidé de Decathlon

Précisions méthodologiques

1- Les sous-traitants auxquels nous faisons référence sont ceux avec qui nous entretenons des relations commerciales directes ou indirectes, dans le cadre de la production des produits de nos marques Passion et de leurs composants. La démarche de développement des produits (éco-conception, qualité, responsabilité humaine en production, etc.) présentée, concerne uniquement les produits fabriqués pour nos marques Passion.

2- Decathlon a pour objet social principal la fabrication, le négoce en gros, demi-gros et détail de tous articles et services utiles aux sportifs et à leur famille et l’équipement de la personne de façon générale. A ce titre, Decathlon n’est pas considéré comme un distributeur du secteur alimentaire. Tout au plus, Decathlon met sur le marché, via sa marque Passion Aptonia, des produits de nutrition sportive et de compléments alimentaires, lesquels ne rentrent pas dans la catégorie des denrées alimentaires.
Compte tenu de ce qui précède, Decathlon n’est pas soumis aux mesures de l’article L.225-102-1 du Code de commerce portant sur la lutte contre le gaspillage alimentaire. De plus, ces produits de nutrition sportive et de compléments alimentaires bénéficient d’une durée de conservation longue car peu périssables.

3- Pour le volet social
Il est à noter que la plupart des informations quantitatives pour ce 3ème rapport extra-financier ont été consolidées sur un périmètre France, Espagne et Italie et non sur un périmètre monde de par la non-disponibilité des données sur le périmètre global. Sur l’année 2015, ces 3 pays représentent 63,4 % du CA et 57,4% des effectifs monde. Les données effectif viennent pour 48% des outils de paye, les 52% restants s’appuient sur d’autres sources et outils avec une fiabilité relative.
En 2017, nous intégrerons les données de paye provenant d’autres pays parmi les plus importants en taille dans le groupe, comme la Chine et l’Italie; ce qui devrait amener à 70% la proportion de l’effectif collecté et analysé à partir des outils de paye.
En parallèle, un travail collaboratif sera mené avec les équipes d’autres pays ayant des effectifs importants, pour leur proposer de s’impliquer dans la démarche, malgré la diversité des législations et organisations locales et outils disponibles (systèmes de paye et autres systèmes d’informations distincts, absence de reporting Groupe). Une trame universelle de collecte des données leur sera proposée dans ce sens, avec une définition standard pour chaque indicateur collecté.

4- Pour les chiffres concernant la logistique :
La plupart des données sont produites sur un périmètre Europe, en raison de la non-disponibilité des données sur le périmètre global. L’Europe représente 81,3 % des quantités d’articles expédiés sur l’année 2015.
En 2016, les données logistiques de la Chine, du Brésil et de la Russie seront collectées et intégrées pour deux indicateurs : nombre de bâtiments ayant reçu une certification environnementale et nombre d’articles par m2.
Pour les autres pays, en fonction de leur développement commercial et logistique, un plan de marche va être mis en place avec eux pour collecter leurs données à partir de 2017 (pour rapport 2018 et suivants).

5- Pour le bilan des émissions de gaz à effet de serre (GES) :
Le calcul de l’empreinte CO2 a été réalisé suivant la méthode du GHG protocol qui découpe les émissions en 3 périmètres (scopes 1, 2 et 3).

Le calcul d’émissions de GES est un calcul d’une donnée d’activité multipliée par un facteur d’émission. Les données d’activité ont été collectées au sein du périmètre défini. Lorsque des données sont indisponibles ou présentent des erreurs, elles ont fait l’objet d’hypothèses ou ont été extrapolées à partir des données réelles.
Hors calcul des impacts de nos produits, la majorité des facteurs d’émission provient de la Base Carbone administrée par l’ADEME (http://www.bilans-ges.ademe.fr/). Les modélisations des impacts des produits sont réalisées via des Analyses de Cycle de Vie simplifiées. Le calcul est réalisé grâce à un outil développé en interne avec l’accompagnement de plusieurs bureaux d’étude spécialisés, qui ont apporté leurs expertises et des bases de données reconnues (EcoInvent, Gabi, Buwal ou Wisard).

Le périmètre pris en compte concerne les sites de Decathlon en propre et ouverts avant le 1er Janvier 2015, soit 880 magasins Decathlon et 35 entrepôts.
Afin d’optimiser notre système de collecte de données, nous mettons en œuvre actuellement une solution logicielle pour informatiser la collecte et la consolidation pour nos sites.

Le calcul des données Énergie de nos sites a été réalisé à partir des consommations d’énergie réelles pour 89% des magasins Decathlon (soit 789 magasins) et pour 71% des entrepôts (soit 25 entrepôts).

Pour le tonnage des déchets de nos sites, ainsi que l’indicateur taux de tri, nous avons utilisé les données réelles de 45% des magasins (soit 394 magasins) et de 40% des entrepôts (soit 14 entrepôts). Le reste des données a été extrapolé à partir des données de consommations réelles obtenues.

6- Retraitement des données RDD2014 et correction d’erreur :
Certaines données concernant l’historique 2014 peuvent exceptionnellement être différentes de celles communiquées dans notre second rapport extra-financier notamment lorsque des erreurs de saisie ou de calcul ont été détectées. Ces modifications ne revêtent pas un caractère significatif.
Si des changements de méthodes ont été opérés entre 2014 et 2015, cela est mentionné en note de bas de page pour l’indicateur concerné.

Période de reporting

La période de reporting de données extra-financières est basée sur l’année calendaire (1er janvier – 31 décembre 2015) pour assurer la cohérence avec l’exercice social des sociétés de Decathlon ainsi qu’avec les reportings déjà existants dans l’entreprise.
Dans le cas où certaines données concerneraient une période de reporting différente de l’année calendaire, cela est précisé dans le corps du rapport.

Limites méthodologiques des indicateurs

Ce rapport extra-financier étant le troisième pour Decathlon, il s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue sur plusieurs années afin de structurer et renforcer le processus en interne.
Les indicateurs environnementaux, sociaux et sociétaux peuvent présenter des limites méthodologiques du fait :

  • de la non-harmonisation des définitions, des législations nationales/internationales et des pratiques locales
  • de la difficulté de collecter l’information sans solution logicielle pour certaines données
  • de la saisie manuelle des informations : leurs certitudes dépendent de la qualité de la remontée effectuée par les équipes
  • de la disponibilité de certaines données sur un périmètre restreint
  • de l’extrapolation et de l’estimation de certaines données dans le cas où les données réelles ne sont pas disponibles
  • de la mise en place progressive de notre protocole interne de reporting couvrant collecte, consolidation et contrôle des indicateurs.