Promouvoir la santé, assurer la sécurité

Décathlon considère que la santé et la sécurité des personnes constituent la première de ses responsabilités.

Le bien-être en particulier est au cœur de la mission de Decathlon, en lien avec son objectif de favoriser la pratique du sport pour tous.

Les collaborateurs, en tant que premiers ambassadeurs de ce message, y sont particulièrement sensibles et l’entreprise les encourage dans ce sens.

75%

des collaborateurs affirment pratiquer leur sport régulièrement.

Nous souhaitons chez Decathlon SportsLab apporter notre approche utilisateur « corps et esprit » à toutes les équipes dans le monde, en diffusant aux collaborateurs les bonnes pratiques identifiées auprès des sportifs.

Alexandre Abad, Leader SportsLab de Decathlon
Alexandre Abad, Directeur R&D.
Promouvoir le bien-être au travail auprès des collaborateurs Alexandre Abad, Leader du SportsLab, centre de Recherche et Développement de Decathlon dédié à l’étude des fonctionnements et comportements du corps humain dans un environnement donné.
  • Il y a quelques mois, le SportsLab de Decathlon a lancé un projet pour promouvoir le bien-être au travail auprès des collaborateurs. Quelle est l’origine de ce projet ?

    La qualité de vie au travail ou encore le bien-être au travail sont inscrits dans l’ADN de Decathlon. Nous souhaitons chez Decathlon SportsLab apporter notre approche utilisateur «corps et esprit» à toutes les équipes dans le monde, en diffusant aux collaborateurs les bonnes pratiques identifiées auprès des sportifs. Faire du sport, adopter une bonne posture, une bonne hygiène alimentaire ou encore des relations saines entre collègues sont essentiels pour renforcer les fondamentaux de notre entreprise. Aussi nous investiguons des méthodes de bien-être modernes et accessibles que nous avons commencé à partager avec les collaborateurs du Campus de Villeneuve d’Ascq fin 2015.

  • Quelles sont les thématiques que vous développez pour améliorer la qualité de vie au travail des collaborateurs ?

    Nous avons choisi de rester sur des thèmes proches de nos sujets d’étude : la respiration et la cohérence cardiaque, les postures de travail, la méditation, et la musique de bien-être. Ce sont des sujets sur lesquels des cautions scientifiques sont apportées, ce qui est très important pour nous.
    Nous restons ouverts à d’autres sujets bien sûr, c’est une posture élémentaire dans une entreprise et qui prône l’innovation.
    Notre but, c’est que quels que soient le métier et le lieu géographique, le collaborateur ait accès à des tutoriels ou à des informations pour pouvoir mettre en œuvre les bonnes pratiques, à son rythme.

  • Comment toucher les collaborateurs et leur donner envie de faire évoluer leurs habitudes ?

    Dès le lancement du projet, nous avons créé une communauté sur notre réseau social d’entreprise ainsi qu’un blog interne. Cela permet de promouvoir le sujet, permettre à des collaborateurs déjà pratiquant de se faire connaitre afin de porter à leur tour cette thématique du bien-être localement. Nous avons également organisé à
    Alive [notre centre dédié à l’exploration et à l’innovation] des sessions de découverte de la musique de détente, de la pleine conscience, et de la cohérence cardiaque.
    Ce que nous proposons, avec cette démarche aux confins du développement personnel, fonctionne si les gens en ont envie eux-mêmes. Il faut être patient et non intrusif, expliquer le sens, faire goûter les protocoles. Le projet se développera de façon organique, c’est une course de fond.

numero bleu (2)
Decathlon France lance le numéro bleu de DECATHLON

Lancé depuis le 1er décembre 2015, un numéro de téléphone appelé « numéro bleu » a pour vocation de simplifier la vie du collaborateur en difficulté (en garantissant l’anonymat si le collaborateur le souhaite) qui, par un seul appel, se voit aidé dans son quotidien.
Tout collaborateur, collègue, patron, RH qui a besoin d’aide, de soutien ou d’accompagnement dans le cadre d’une gestion de situation difficile tant personnelle (santé, logement, finance …) que professionnelle (stress au travail, harcèlement, gestion d’événement post-traumatique …) peut contacter ce numéro de téléphone.
Au bout du fil, un réseau d’assistants sociaux professionnels externes, couvrant l’ensemble de la France, est formé à écouter, orienter voire faire se déplacer des professionnels sur site si nécessaire.

Différents outils (animation, formation, prévention, gestion des risques, …) existent pour assurer la sécurité de chacun, et ce sujet fait l’objet d’un surcroît d’attention pour les équipes travaillant aux Ateliers, en entrepôts, et dans nos usines en propre, où les conditions de travail présentent plus de risques.
Chaque pays forme ses nouveaux collaborateurs aux règles de sécurité sur le lieu de travail dès leur arrivée (grâce à une plate-forme d’e-learning ou à une série d’autres supports adaptés par les pays et par les filières).

De bonnes pratiques pour prévenir les accidents du travail

  • AML, l’atelier français de fabrication de vélos de Decathlon, a mis en place un éveil musculaire avant les prises de postes.
  • Toujours chez AML, des rotations aux postes de travail sont organisées 3 à 5 fois par jour pour éviter les gestes répétitifs et préserver la santé de nos collaborateurs.
  • Dans certains magasins, les stocks de vélos sont déportés des rayons pour mieux mettre en avant les produits. Une étude est réalisée en 2015 avec un cabinet d’ergonomes pour développer un système efficace et adapté aux conditions de travail des collaborateurs.

Un permanent sécurité est missionné quotidiennement dans chaque magasin et entrepôt, et il est décisionnaire sur les questions de sécurité : ouvertures et fermetures sécurisées du site, évacuation, assistance des clients et collaborateurs en cas d’incident… Les collaborateurs qui ont ce rôle sont formés en amont (évacuation, premiers secours, équipiers de 1ère intervention, …) de manière théorique puis pratique.

93%

des collaborateurs de Decathlon se sentent en sécurité sur leur lieu de travail

Explosion de Tianjin, un exemple de gestion de crise sans précédent.

Le 12 août 2015 à Tianjin (ville portuaire située au nord de la Chine), un entrepôt de produits chimiques explose dégageant un nuage de fumée toxique.
 
Situé à 2,5 km du lieu de l’explosion, un magasin Decathlon se trouve dans la zone sinistrée. Ce risque était imprévisible et l’entreprise n’a pas de précédent en la matière. Les responsables locaux et les référents sécurité se coordonnent alors pour assurer en premier lieu la sécurité des collaborateurs, avec l’appui des équipes en charge de la toxicologie et celles en charge des douanes. Le magasin est immédiatement évacué et fermé pour analyse (par une équipe de bureau Veritas), puis le temps de réparer les dégâts.
 
Pendant cette période, des magasins proches accueillent les équipes du magasin de Tianjin ; et une aide au déplacement est organisée pour ceux qui en ont besoin.
 
L’activité normale du magasin reprendra quelques semaines plus tard, dans un environnement remis à neuf et sécurisé pour les équipes. Cet événement dramatique est maintenant un exemple du savoir-faire des équipes de Decathlon, qui ont su réagir vite et se coordonner pour assurer la sécurité des collaborateurs.

En 2015 trois réunions sont organisées pour partager les bonnes pratiques entre les responsables pays en charge du management du risque et de la gestion de crise.