Dialoguer pour avancer

Parler de parties prenantes chez Decathlon, c’est parler de notre manière d’être, de nous réaliser, de nous développer. Trois parties prenantes sont essentielles à notre succès.

Nos collaborateurs tout d’abord. Notre management est fondé sur la confiance, la responsabilité, le développement des compétences. Le dialogue est permanent, marqué par des rendez-vous d’échanges réguliers : les entretiens mensuels et l’entretien annuel. Nos relations sont directes, sans artifices. Et nos collaborateurs sont les premiers ambassadeurs de notre entreprise, de nos marques Passion et de nos produits.

Nos clients, ensuite
. Ils sont engagés dès la conception de nos produits et leur satisfaction est centrale dans nos préoccupations. Avec nos marques Passion, nous répondons à leurs besoins, dans toute leur diversité.

Nos sous-traitants, enfin. Nous les considérons comme des partenaires, les accompagnons dans leur développement et dans le respect de nos exigences.

Et bien sûr l’ensemble des autres parties prenantes qui contribuent chaque jour à notre développement.

En 2015, dialogue et transparence s’illustrent au travers de quelques actions marquantes :

Logo-decathlon_283x70

Offrir sous un même toit, par utilisateur, en ‘self service’, le juste choix de produits sportifs
techniques astucieux et beaux, de qualité, éthique et respectueux de l’environnement, à des prix si bas qu’un maximum de personnes pourront se les offrir.

Collaborateurs
Utilisateurs
Société civile
Régulateur / Autorités publiques
Sous-traitants / partenaires d’affaires

(salariés, partenaires sociaux)

Nous grandissons à travers la responsabilité et la liberté.

Outils :

– Baromètre de satisfaction (Decathlon Teammates Barometer, Great place to work, ….)

– Processus  de vision participative

– Séminaires, learning expeditions,

– Accords, comités d’entreprise

Fait marquant 2015 : Année vision collaborative

(clients, utilisateurs, associations de consommateurs, clubs sportifs)

Nous voulons que les utilisateurs de nos produits soient enchantés ou enchantés

Outils :

– Avis clients (site e-commerce, questionnaire des satisfactions, …)

– Centre relation client

– Panel

– Événements clients acteurs

– Innovation Awards, Green Awards

Fait marquant 2015 : Green Awards, vote ouvert aux clients

(Médias, ONG, fédérations professionnelles, enseignement et recherche, communautés locales, experts RSE)

Nous dialoguons de manière pragmatique, transparente et sincère.

Outils :

– Rencontres

– Réponses aux sollicitations

– Collaborations projet

– Membre de commissions, administrateurs

– Participations à des forums

Fait marquant 2015 : Ensemble pour un business durable

(Commission européenne, PCN OCDE,  ministères de l’écologie; éco-organismes, collectivité)

Nous sommes acteurs plutôt que spectateurs.

Outils :

– Rencontres

– Partages d’informations

– Participations à travaux de normalisation et recommandations méthodologiques

Fait marquant 2015 : Participation aux groupes de travail OEF/PEF

(sous-traitants de nos produits marques Passion)

Nous souhaitons construire des relations partenariales à long termes.

Outils :

– Ateliers de travail

– Journée DD, co-organisation

– Formations

– Partenariats

Fait marquant 2015 : Suppiers’ Day

Cette cartographie est non exhaustive, la structuration de la démarche est en cours. Des initiatives sont en place et Decathlon travaillera à l’amélioration continue de ses pratiques sur ce sujet.

Nous avons des enjeux communs avec beaucoup d’autres entreprises et je crois fortement au partage de bonnes pratiques pour donner plus de force à nos actions.

Rahel Damamme, responsable de la veille et des relations avec les parties-prenantes
damamme.rahel
Structurer un dialogue constructif avec nos parties-prenantes Rahel Damamme, responsable de la veille et des relations avec les parties-prenantes du hub développement durable de Decathlon.
  • Quel est ton rôle dans l’entreprise, et plus particulièrement au sein du hub Développement Durable?

    J’ai un rôle de conseil, principalement auprès des différentes équipes développement durable et dans les pays de production. Je suis à leur service pour renforcer certains projets existants ou en mettre en place de nouveaux, et pour cela je propose différentes solutions : veille et analyse, partage d’expériences, de connaissances, mise en réseau ... Et plus largement, je communique aux équipes Decathlon les faits marquants de l’année et les grandes orientations qui pourraient alimenter notre vision et nos stratégies RSE.

  • Comment sélectionnes-tu les parties-prenantes avec lesquelles tu dialogues ?

    J’utilise beaucoup les réseaux sociaux et les sites internet spécialisés pour identifier les acteurs clés, et j’examine leur communication et leurs actions. Cela nécessite de coller à l’actualité et de suivre de près de nombreuses organisations sur de nombreux sujets. Nos équipes locales ont également un rôle important à jouer dans cette veille et dans le partage d’informations.

  • Quel est l’objectif de Decathlon dans ce dialogue avec l’externe?

    Tout au long de l’année, j’échange au nom de l’entreprise avec différentes personnalités issues des pouvoirs publics, des ONG, d’autres entreprises, du même secteur d’activité ou non, et je suis attentive à leurs retours sur nos stratégies. Avec l’équipe, nous étudions leurs avis et la possibilité de les prendre ou non en compte. Les sujets étant très vastes, c’est intéressant de s’appuyer aussi sur les parties-prenantes externes pour déterminer nos priorités. Nous privilégions la collaboration avec des organisations qui abordent les sujets de manière constructive, pragmatique et ouvertes au partage d’expériences.
    Nous tablons par ailleurs sur les connaissances repérées en externe pour détecter des projets d’innovation, et influencer ainsi directement les stratégies de l’entreprise.

  • Quelles sont les préoccupations les plus partagées par nos parties-prenantes ?

    Parmi les grandes préoccupations, il y a le management environnemental des sous-traitants et notamment nos actions pour limiter le stress hydrique, la pollution de l’eau et le changement climatique. Notre politique d’achats responsables et notamment l’adaptation de nos stratégies sont aussi étudiées avec attention : conditions de travail, sécurité des bâtiments, sécurité incendie, rémunération des travailleurs, pour ne citer que quelques uns des thèmes abordés. Et parce que nous sommes une entreprise en forte croissance, nous sommes très challengés sur l’impact environnemental de nos produits et notre impulse en faveur de la consommation durable. Il y a de grandes attentes sur l’éco-conception des produits de nos marques passion, et l’économie circulaire.

  • Comment Decathlon y répond ?

    Nous répondons en lançant des projets pilotes, et en ajustant notre politique RSE quand c’est nécessaire. Notre stratégie RSE est travaillée au quotidien, nous la voulons dynamique. L’entreprise fait des choix et elle est attendue sur sa capacité à les expliquer. Il faut donc prioriser, tout en restant à l’écoute pour améliorer nos actions et nos projets en continu.

  • Quelle est ta plus belle réalisation ? Qu’est-ce que tu apprécies particulièrement dans cette mission ?

    J’apprécie particulièrement le projet que nous menons avec Impactt sur l’amélioration des conditions de travail chez nos sous-traitants. Nous sommes dans une démarche qui va au delà de la conformité réglementaire et de l’audit sur site. Lorsque nous avons été cités dans le rapport de l’ONG Clean Clothes Campaign en 2014 j’ai pensé à contacter Rosey Hurst, car son approche Beyond social compliance est novatrice, en co-construisant avec les sous-traitants des solutions durables qui renforcent leur propre management humain.
    J’apprécie particulièrement le travail collaboratif avec les parties-prenantes, car sur ces questions de responsabilité sociétales, il n’y a pas de compétition. Nous avons des enjeux communs avec beaucoup d’autres entreprises et je crois fortement au partage de bonnes pratiques pour donner plus de force à nos actions.

Engagements et travaux :

De par la variété de nos activités et de nos implantations, nous dialoguons avec des organisations à plusieurs niveaux : régional, national, européen et mondial. À titre d’exemples, voici certaines de nos parties-prenantes et nos projets communs :